Diplomata Belgica offre un panorama critique de tous les actes écrits, édités ou non, expédiés par des personnes privées et des autorités légales des Pays-Bas méridionaux au Moyen Âge. Diplomata Belgica couvre le territoire de la Belgique actuelle et les aires ayant appartenu historiquement aux Pays-Bas méridionaux mais faisant actuellement partie de la France, des Pays-Bas, du Grand-Duché de Luxembourg et de l’Allemagne. Au stade actuel Diplomata Belgica contient des métadonnées à propos de presque 35.000 actes en latin, en ancien français, en moyen néerlandais et en moyen haut-allemand, presque 19.000 transcriptions intégrales et presque 5.000 photos de chartes originales. La base de données vise l’exhaustivité en ce qui concerne la période avant 1250 et sera complétée, dans le futur, par l’incorporation d’actes diplomatiques du bas Moyen Âge, sans toutefois chercher à être exhaustive.

Le projet Diplomata Belgica a été initié au milieu des années 1980, lorsque la Commission royale d’Histoire de Belgique a proposé une révision complète et informatisée de la Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l’histoire de la Belgique, mise en œuvre par Alphonse Wauters et publiée en onze volumes entre 1866 et 1971. Le projet fut mené en étroite collaboration avec le Comité national du dictionnaire du latin médiéval et avec l’ancien Cetedoc (Centre de Traitement électronique des Documents) de l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve. Le CD-Rom Thesaurus Diplomaticus, paru en 1997 et distribué par Brepols Publishers, fut le résultat de cette collaboration. Ce CD-Rom offre un panorama analytique de toutes les sources diplomatiques écrites (en latin) entre environ 640 et 1200.

Après 1997, la Commission royale d’Histoire a continué à rassembler de nouvelles données pour améliorer et compléter la base de données couvrant la période de 640 à 1200 et pour étendre la collecte à la période entre 1200 et 1250. Pour le concept d’une nouvelle structure de données et pour le développement d’un nouveau système de base de données relationnel, la Commission s’est engagée dans une collaboration avec l’Université de Gand dans le cadre du projet « Sources from the Medieval Low Countries » subsidié par la Fondation Hercules (2010-2014) et par l’Henri Pirenne Institute for Medieval Studies. Comparée au Thesaurus Diplomaticus, la base de données Diplomata Belgica offre une triple extension des données originales et contient de nombreux champs d’information inédits, tels l’établissement d’hyperliens et de géo-localisations.

Diplomata Belgica. Les sources diplomatiques des Pays-Bas méridionaux aux Moyen Âge. The Diplomatic Sources from the Medieval Southern Low Countries, Thérèse de Hemptinne, Jeroen Deploige, Jean-Louis Kupper et Walter Prevenier (dir.) (Bruxelles: Commission royale d’Histoire/Koninklijke Commissie voor Geschiedenis, depuis 2015).